MC Poinsot, Le Vieux Quartier Latin, 1920
Gluante, humide, encombrée de gargottes et de garnis, riche néanmoins de quelques demeures provinciales.

Frédéric-Gaël Theuriau, Aux sources des décors balzaciens, 2009
Balzac (...) part de la rue Visconti avec plus de soixante mille francs de dettes. Sombre petite rue. Aucune autre à Paris n'a plus le caractère de la malchance, des petites peines : on y trouve un peu de gaîté, d'espoir, certes, mais surtout de l'ennui mal digéré, de l'échec, de la mort.

Charles Mérouvel, « Abandonnée ! », 1888
La rue Visconti n'est pas une rue.
Ce nom est trop ambitieux pour elle.
C'est une ruelle.
Seulement elle a ses quartiers de noblesse comme une douairière du faubourg Saint-Germain.
Elle est vieille.
Son antiquité est inscrite sur les plâtras de ses constructions qui portent le cachet des dernières années du règne des Valois. Le numéro 19 [auj. 21] en particulier doit être plus ancien que ses voisins et représente assez exactement, malgré quelques dégradations dues aux maçons qui l'ont réparé, la demeure d'un riche bourgeois du temps de François 1er.

Georges Cain, Les Pierres de Paris, La semaine d’un inondé, 1910
Un canal à Venise dans la Giudecca, un chemin d’eau à Rotterdam, telle nous paraît la rue Visconti complètement inondée. Les habitants doivent s’y servir d’une échelle pour rentrer chez eux par les fenêtres du premier étage ! Des barques circulent dans la ruelle sombre où vécurent Jean Racine, Adrienne Lecouvreur, et notre immortel Balzac. Montés sur des amas de planches, nous ne nous lassons pas de regarder cette sente étroite où le ciel vient se mirer dans l’eau. C’est sans conteste un des plus inattendus aspects de Paris inondé…

Basile Pachkoff, L'enfer de la rue Visconti, 1998, poème 146
L'enfer ressemble peut-être à la rue Visconti le soir en hiver.

Francis Carco, « De Montmartre au Quartier Latin », 1927, p. 139
De la rue, resserrée entre ses maisons grises dont l’une était celle de Racine et l’autre l’imprimerie très connue de Balzac, aucune rumeur ne s’élevait. Ni bruit, ni mouvement. Les voitures ne s’y engageaient, au pas lent d’un cheval, qu’à intervalles lointains et, la nuit, l’allumeur de réverbères était le seul, avec très joyeux baron Maxzen, qui donnât signe de vie.

Sophie Marceau, Menteuse, 1996, p. 68
C'est une rue silencieuse, où Racine est mort. Elle est longue, étroite comme un chemin, et je ne l'ai jamais vue comme ce soir, si longue, longue d'un calme entier. C'est le printemps dans la rue des chiens.

S.n., L'Etendard, dimanche 3 mai 1914
Je crois qu'on irait loin dans Paris pour rencontrer autant de souvenirs en une rue de cent cinquante mètres.

François Caviglioli, Combat, mardi 30 mai 1961
la rue Visconti se souvient encore du sourire de Racine.

François Caviglioli, Combat, mardi 30 mai 1961
Lorsqu'on l'aborde depuis la rue Bonaparte, le rue Visconti apparaît comme une tranchée creusée jusqu'à la rue de Seine dans une matière vivante, et hostile comme l'entrée d'une forêt.

François Caviglioli, Combat, mardi 30 mai 1961
Lorsqu'on avance dans la rue Visconti, qu'on s'engage dans le corps de cette haute percée, on se sait assiégé d'un regard multiple et guidé, selon ses mérites, vers la leçon d'un trésor, ou le mépris d'une énigme.

Paul Guth, Histoire de la littérature française, 1967
Rue des Marais-Saint-Germain, (...) un boyau du vieux Paris, aujourd'hui, rue Visconti.

André Billy, Vie de Balzac, 1944
La rue des Marais Saint-Germain, aujourd'hui rue Visconti, est, relativement à ses dimensions, une des plus glorieuses du vieux Paris de la rive gauche.

Alexandre Vialatte, Du côté de chez Gallimard, 1985
La rue Visconti est coupe-gorge où souffle l'esprit.

Olivier Bailly, Le Vin de la rue Visconti, 2007
La rue Visconti est un canal bâti avec des pierres séculaires, excellentes conductrices de fantastique social.

Jérôme Attal, Ma rue Visconti, 2006
Vu la perspective inouïe de la rue Visconti, je décidais d’en faire un couloir à destin.

Balzac, Valentine et Valentin, 1842
La rue des Marais (...) est une horrible petite rue, rebelle à tous les embellissements accomplis par les échevins modernes.

Plaquette publicitaire de vente du 23, rue Visconti, 1968
Une petite rue ombreuse et fraîche, pleine de jardins secrets et de souvenirs du vieux Paris, telle est l'ancienne rue du Marais, devenue rue Visconti depuis 1864.

Gabriel Hanotaux, Folies d'Amour au XVIIIe siècle, 1911 (à propos de Adrienne Lecouvreur)
Les jardins de la rue des Marais virent s'épanouir et faner la fleur exquise transplantée du vieux sol gaulois. La sombre rue Visconti abrite et cache de tels souvenirs ! Oui, c'est une rue historique ; elle écrit un roman où chaque siècle ajoute sa page...

G. Lenôtre, Paris et ses fantômes, 1933
(à propos de Vauquelin des Yvetaux qui, « soucieux de vivre loin du bruit, acheta une maison rue des Marais » en 1607)
C'est aujourd'hui la rue Visconti, et à considérer maintenant cet étroit boyau obscurci par deux rangées de hauts immeubles, on a peine à croire que jamais quelqu'un soit venu se fixer là pour y respirer l'air et y jouir du calme des champs.

Duquesnel, dans le Petit Journal, 17 juillet 1899
Une petite rue sombre et humide, à peine connue et qui est un vrai centre historique.

Guides du Routard
La plus longue rue étroite de Paris.

Pierre Champion, Mon Vieux Quartier, 1932
Elle est orientée de l'Ouest à l'Est (...). La lumière y pénetre seulement à travers les brumes du matin ou les flammes du soir. Mais je vois bien que la ligne droite qu'elle trace est l'axe de ma vie, et d'autre vies qui y furent mêlées.

Georges Cain, dans Le Figaro du 8 mai 1906
Cette vieille rue gluante, humide, sombre et à ce point étroite que les balayeurs la « font » d'un seul coup de balai.

Duquesnel, dans le Petit Journal, 17 juillet 1899
Une « petite rue » qui en a contenu « plus qu'elle n'est longue ».

E. Doumergue, Bulletin Protestant, T. XLV, 1896
Ruelle obscure et glorieuse, étroite et magnifique !

Constance B., 30 septembre 2005
La rue des crottes.

Duquesnel, dans le Petit Journal, 17 juillet 1899
Un Panthéon du hasard.

Louis Barron, dans Revue Bleue, 23 décembre 1893
Etroite, raboteuse, obscure, humide et d'aspect suranné, la rue Visconti, ci-devant rue des Marais Saint-Germain, n'a guère, en deux siècles, changé que de nom.

Marquis de Rochegude, Guide Pratique à travers le Vieux Paris, édition de 1958
Cette ruelle étroite est l'une des plus évocatrices de la rive gauche ; (...) malheureusement, les logements y sont fort vétustes et assez insalubres. (...) Le pittoresque n'est qu'une écorce de luxe qui couvre à peine beaucoup de misère.

Georges Cain, dans Le Figaro du 8 mai 1906
Par les fenêtres s'entrevoient des cimes d'arbres, et derrière presque toutes ces vielles demeures mélancoliques surgissent des coins de verdure où sifflent les merles.

Constance B., 30 septembre 2005
La rue Visconti ressemble à un envers, des coulisses dont il semblerait que tout se passe « de l'autre coté ».

M.A. Coquerel, Bulletin Protestant, T. XX, 1866
Cette rue est si étroite, si courte, si laide, si sombre, si peu fréquentée, que j'en ai quelque honte pour elle.

Un passant, 1989
Mais c'est un vrai coupe-gorge !

Pierre Champion, Mon Vieux Quartier, 1932
Une étroite venelle que les gamins franchissent d'un saut, un corridor sombre où se pressent les souvenirs, une ruelle peu accessible aux voitures, un asile pour les artisans et, les jours de pluie, un canal où la rêverie flotte comme à Venise, c'est la rue Visconti que les gens du Paris nouveau ne hantent pas.

Marquis de Rochegude, Guide Pratique à travers le Vieux Paris, 1905
Presques toutes les maisons de la rue sont anciennes et curieuses...

Duquesnel, dans le Petit Journal, 17 juillet 1899
Une solitude du faubourg Saint-Germain.

Duquesnel, dans le Petit Journal, 17 juillet 1899
La rue Visconti (...) sorte de cloaque étroit, où le jour pénètre à peine et jamais le rayon de soleil. (...) On peut passer dix fois devant elle sans l'apercevoir, tant elle est modeste et se fait peu remarquer.

Pierre Champion, Mon Vieux Quartier, 1932
Froide ruelle, noble et sordide.

Georges Cain, Promenades dans Paris, 1926
Mieux peut-être que les chroniques poudreuses, les vieilles rues de Paris racontent l'histoire du Passé à ceux qui savent les interroger, et parmi les plus évocatrices il convient, croyons nous, de ranger la rue Visconti.